Lycées : Ne nous laissons pas abuser !

Publié le par Serge MERY

Les annonces de Nicolas Sarkozy sur les lycées resteront comme une réformette de plus qui ne masque pas la suppression de dizaines de milliers d’emplois dans l’Education nationale.
Loin de la nécessaire réforme, les mesures cosmétiques annoncées ne devraient pas changer grand-chose à la situation, ni remédier aux insuffisances bien connues du lycée : réduction de l’offre globale de formation, sélection sociale, décrochage scolaire, manque de préparation à l’enseignement supérieur.
La question est ailleurs : on ne peut pas lancer une réforme et passer en même temps sous silence les suppressions massives d’emplois dans l’Education. En deux ans, le gouvernement Fillon aura supprimé près de 30.000 postes : 13.500 en 2009, 16.000 en  2010. Pour le reste, beaucoup de mesures annoncées reprennent des politiques menées de longue date par le Conseil régional d’Ile-de-France pour les lycées, domaine au cœur de ses compétences.
Sur l’accompagnement personnalisé des élèves, point central de la « réforme », la Région Ile-de-France rappelle qu’elle a fait de la lutte contre le décrochage scolaire une priorité de son action. Le plan Réussite pour tous en place depuis 1998 dans les lycées franciliens a bénéficié à 4.000 élèves en 2008-2009. Par ailleurs, le Conseil régional consacre chaque année plus de 90 millions à l’insertion professionnelle des jeunes sortis sans qualification du système scolaire.
Dans le même souci de faciliter l’accès de tous à l’enseignement supérieur, la Région soutient les 28 lycées ayant établi une convention « éducation prioritaire » avec l’Institut d’études politiques de Paris, ainsi que les actions de tutorat mises en place avec les grandes écoles et les associations.

Commenter cet article

fulminator 24/10/2009 15:43


L'action de l'Ile de France va dans le bon sens concernant la formation professionnelle, mais on aimerait avoir un peu plus de chiffre sur l'efficacité de ces dépenses !!!

M. Mery parle de la formation des jeunes et les autres ?

A quand une formation continue pour tous tout au long de la vie professionnelle ?