50 000 Preuves d'amour.

Publié le par Serge MERY

Ils étaient 50 000 étudiants dans les rues de Paris, mardi à donner «  une preuve d’amour » à leur ministre de tutelle, Valérie Pécresse.

Ils étaient 50 000 à exiger des mesures immédiates, à refuser les centaines de suppressions de postes dans les universités, à défendre l’égalité entre les universités en fonction de leurs besoins et non sur des critères de performance, à vouloir le retrait du décret modifiant le statut des enseignants chercheurs.

Ils étaient 50 000 parce qu’ils ont bien compris que le gouvernement aggrave la situation de la jeunesse et son avenir, dégrade la situation économique déjà précaire des étudiants, et refuse en fait de leur accorder un vrai statut social ouvrant la voie de la réussite.

Le gouvernement doit sans plus attendre dialoguer et donner de réelles réponses aux inquiétudes et des garanties. Il doit arrêter de négliger les étudiants.

Commenter cet article

sauvegarderetraites 16/02/2009 15:55





****************************************LE BILLET DE SAUVEGARDE RETRAITES****************************************
Monsieur Rescapé, ancien cadre du privé, a connu une carrière bien remplie. Quand il a liquidé sa retraite à taux plein, en 1993, il était donc vraiment heureux. Ce, d'autant plus que les réformes étaient annoncées et qu'il valait mieux ne plus tarder...Sa retraite, il ne l'a vraiment pas volée. Après avoir cotisé plein pot toute sa vie, la Sécu lui verse 64,4 % de son dernier salaire. De quoi vivre bien mais rien d'extravagant.
Monsieur Amputé, était également cadre du privé. Il a même eu une carrière en tout point identique à celle de Monsieur Rescapé. A la fin, il a vraiment dû lutter pour ne pas être débarqué... Alors, quand il a pris sa retraite en 2008, il était encore plus soulagé.Seul "hic", il est de la génération d'après celle de Monsieur Rescapé... bien qu'il ait aussi cotisé plein pot toute sa vie, la Sécu ne lui verse que 54,7 % de son dernier salaire. Dix points de moins que son aîné !
Monsieur Planqué, ancien cadre de la fonction publique, a connu une carrière bien pépère... Même s'il n'a jamais cotisé beaucoup, quand il a pris sa retraite, en 1993, l'Etat lui a versé sa pension à taux plein : 75 % de son dernier salaire. De quoi continuer à gérer tranquillement ses petites affaires.
Monsieur Avantage-Acquis était également cadre de la fonction publique. Il a même eu une carrière en tout point identique à celle de Monsieur Planqué. Avant de partir à la retraite, en 2008, il était cependant inquiet. Il y a eu la réforme Fillon en 2003 ; puis les régimes spéciaux ont été sur la sellette, etc... Bref, ces collègues lui avaient prédit qu'il n'aurait que des clopinettes.Mais, aujourd'hui, le voilà totalement rassuré. Plus de peur que de mal, il touche à la retraite... 75 % de son dernier salaire, comme son glorieux aîné !
Et on ose encore nous dire que les réformes ont eu lieu et que, désormais, les régimes de retraite sont alignés...
En réalité, la retraite des fonctionnaires est 100 % garantie par l'Etat.
Autrement dit, tous les Français, comme Monsieur Amputé, voient leur retraite baisser. Mais le pire est qu'ils sont invités à mettre la main à la poche pour préserver la retraite des fonctionnaires. Elle est belle la solidarité !
Et, avec l'ampleur du choc démographique à l'horizon, je peux vous dire que les choses ne vont vraiment pas s'arranger. L'écart public-privé ne va cesser de se creuser...
Alors, si comme moi, vous ne supportez plus ce système de retraite à deux vitesses, signez la pétition et, surtout, faites circuler l'information !
Pour en finir avec la retraite très privilégiée des fonctionnaires.



Fulminator 14/02/2009 17:55

De l'argent en plus ne servira à rien, l'éducation nationale est un tonneau des danaïdes et de surcroit il est le premier poste dans le budget de l'état. J'ai déjà dénoncé cette situation dans d'autres messages, mais comme les corps enseignant est un gisement d'électeurs de gauche, cela  visiblement ne sert à rien.