Présidence française de l’Union

Publié le par Serge MERY

Il est maintenant temps de faire un bilan des 6 mois de présidence française de l’Union européenne, en ayant laissé reposer l’autosatisfaction de notre président.

Son entrée fracassante dans « le job » (comme il dit) avec pour programme un grand plan énergie climat, une action sur l’immigration, une avancée sur la défense commune, un traitement de la politique agricole commune, et rien que moins qu’une Europe sociale, n’aboutit que sur peu ou pas de résultat.

L’entrée dans la crise du continent n’a donné naissance à aucun plan de relance européen. Les seules initiatives sont des initiatives nationales où Sarkozy n’a joué aucun rôle.

Pour l’Europe sociale, nous ne comptions pas sur lui, donc nous n’avons pas été surpris que le dossier finisse aussi vide au bout des six mois de présidence. Pour l’immigration, la défense commune, et la politique agricole commune, aucun résultat ou début de résultat, rien.

Restent deux actions où notre Sarko irremplaçable a donné tout son talent. Le plan climat qu’il a obtenu dans la dernière ligne droite mais avec de telles compensations et cadeaux aux industriels pollueurs (le charbon en Pologne, la verrerie en Italie et la chaux et le ciment en Allemagne) que ce plan ne règlera rien. Puis le traitement de la guerre en Géorgie où Poutine, a consenti à arrêter ses chars en s’offrant une tutelle totale sur l’Ossétie du sud et l’Abkhazie. L’agitation perpétuelle de notre président nous à coûté un refroidissement supplémentaire et une méfiance grandissante des autres pays européens, finalement sans faire avancer l’Europe.

Triste bilan.

Commenter cet article