Congrès de Reims : pourquoi je soutiens Aubry

Publié le par Serge MERY

Martine Aubry est pour moi la femme qui incarne le plus le socialisme de reconquête nécessaire à notre pays. La motion d’orientation politique qu’elle présente au congrès offre une alternative crédible en France. Sans incohérence et sans sectarisme, elle rassemble et elle dialogue en privilégiant le débat de fond.

Elle est la plus européenne en développant l’idée de L’Europe sociale, l’Europe qui ne met pas en péril les services publics, l’Europe qui intervient dans la régulation mondiale des marchés financiers.

Elle est la plus claire sur le rôle important de l’Etat et son évolution. Elle la plus déterminée pour réformer la fiscalité et l’Education Nationale en profondeur.

Elle est la plus lisible sur les alliances en situant le Modem à droite et en refusant tout renversement d’alliance avec le centre.

Elle est la plus critique vis-à-vis de Sarkozy, de l’homme providentiel et de l’hyper présidentialisme.
Elle est la plus ancrée dans la référence au socialisme qui doit être un socialisme de reconquête.
Elle est la plus novatrice en matière de fiscalité en demandant notamment de nouvelles responsabilités pour les collectivités territoriales.

Enfin la motion de Martine Aubry est la plus novatrice en matière d’écologie, de politique énergétique, de priorité à la recherche et à l’innovation.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BLOBU 05/12/2008 19:46

Monsieur Méry,
Comment  osez vous encore mettre sur votre blog le logo du PS alors que vous  n’en faites plus  partie –ou alors dites nous dans quelle cellule socialiste vous avez voté pour le congrès des socialistes-, comme le fait d’ailleurs que vous n’êtes plus spinassien depuis le mois de juin puisque vous habitez Paris et que vous ne revenez sur la ville que pour les cérémonies officielles.
De la même manière tout le monde sait que vous avez passé un accord politique avec le maire Chevreau lors de la dernière élection municipale au cours de laquelle vous n’avez pas une seule fois appelé à voter pour la liste de gauche qui pourtant rassemblait tous les partis de gauche, élection au cours de laquelle vous avez même été cité dans le trombinoscope de la liste du maire comme travaillant avec des colistiers de la droite.
Cet accord s’est d’ailleurs vu dès l'élection passée avec  l’embauche d’un de vos amis à la mairie et par l’entrée au conseil de deux de vos amis anciennement du PS et aujourd’hui au modem, ainsi que par votre présence systématique dans le journal de la ville à côté d’Hervé Chevreau à qui vous faites sans cesse des louanges.
Monsieur Méry, vous ne faites plus partie des socialistes et de la gauche , vous ne faites plus partie d’epinay et vous finirez au modem ou vous irez rejoindre  vos amis

Serge MERY 09/12/2008 10:58



Je ne réponds jamais aux textes anonymes car ils sont toujours fourbes, perfides et hypocrites. Leurs auteurs n’ont aucun courage et
se cachent pour lancer leur fiel. Mais cela fait longtemps que cela dure à Epinay et je veux faire ici une nouvelle mise au point.


Je suis bien socialiste, engagé à gauche et même bien à gauche. Je paie mes cotisations (lourdes) à la fédération socialiste de
Seine-Saint-Denis, ainsi qu’à mon groupe à la région, et suis membre de son conseil fédéral comme élu départemental et régional. A ce titre, j’ai parfaitement le droit, et j’en revendique
l’honneur, d’utiliser le « Poing et la Rose ».


Pour ma part, je refuse totalement une quelconque alliance avec le MODEM dont les orientations sont à l’opposé des miennes autant en
matière économique qu’en matière sociale. Je suis clairement, et depuis toujours, pour une stratégie du rassemblement de la gauche. Je l’ai écrit à de nombreuses reprises dans des textes publics.
Ce n’est pas le cas de la section (au PS nous disons section et non pas cellule) socialiste d’Epinay-sur-Seine qui a voté à 82,35% pour Ségolène Royal le 21 novembre 2008.


S’il devait y avoir un accord politique avec Hervé Chevreau, c’est donc avec les animateurs de cette section qu’il faudrait le
chercher et certainement pas avec moi. C’est d’ailleurs un de mes désaccords avec Bruno Le Roux et Yannick Trigance depuis deux ans.


Je rappelle que Ségolène Royal a, à de nombreuses reprises, tenté un accord politique avec le MODEM et que ce problème des alliances
était au cœur du congrès de Reims. C’est bien un problème politique.


Il ne faut pas tout mélanger. Hervé Chevreau est un adversaire politique
habile puisqu’il a battu a plusieurs reprises nos candidats ( à l’exception de moi-même). Mais justement, je constate qu’il est le maire d’Epinay et à ce titre, nous devons travailler avec lui,
tant au niveau du conseil général que du conseil régional, parce que c’est dans l’intérêt de nos concitoyens. Et je n’entends pas baisser les bras dans ce domaine. Au contraire, je continuerais,
toujours avec plus d’ambition et de force à apporter mon expérience et mon engagement total au service de cette ville que j’aime en ayant des rapports corrects, voire cordiaux avec Hervé
Chevreau, mais sans oublier qu’il n’est pas socialiste. Pour terminer, je ne me plaindrais pas d’être quelquefois en photo dans le journal de la commune car j’ai souvent dénoncé la situation
inverse, et je me félicite de cette évolution républicaine qui reconnaît mon action.


N’en déplaise aux détracteurs, mais peu acteurs, je ne suis pas prêt d’arrêter de servir mon idéal socialiste et ma fidélité dans ma
commune.