Schéma directeur de la Région Ile-de-France

Publié le par Serge MERY

Une très large concertation a été engagée depuis plus de trois ans.

Le département de la Seine Saint Denis  y a activement contribué en formulant des remarques qui très souvent ont été prises en compte. L’Etat, à tout moment y a été associé. Le 11 juin dernier, la commission d’enquête publique a approuvé à l’unanimité le projet de SDRIF. Ces dernières semaines, la droite francilienne et le gouvernement ont multiplié les attaques contre le futur SDRIF. Ces agissements ne trompent personne.

A l’approche des élections régionales, alors que « la primaire » pour conduire la liste de la droite fait rage, on comprend bien la manœuvre qui tente de paralyser l’action régionale de Jean-Paul Huchon et sa majorité. Ce positionnement n’a apparemment que peu à voir avec le projet, il s’appuie sur .un seul argument: le schéma directeur fixerait une trop faible hypothèse de croissance (2 % jusqu’en 2030).

Or que dit le SDRIF : l’Ile de France a connu une croissance moyenne annuelle de 1,7 % sur les 20 dernières années et 2 % sur les dix années à venir se traduiraient annuellement par 60 000 logements, 40 000 emplois et 500 000 m² de bureaux. Par sa prise de position, la droite semble ne pas assumer la situation économique et sociale française pour laquelle elle porte une lourde part de responsabilité.

La mise en œuvre du SDRIF constitue une urgence. Les franciliens ne comprendraient pas que l’ensemble des projets, des ambitions contenues dans ce document soient gelés par le gouvernement et ses relais dans l’opposition régionale uniquement pour des raisons politiciennes et électoralistes. Nos territoires et nos concitoyens ne doivent pas être pris en otages.

Le précédent schéma directeur date de 1994 et est maintenant dépassé. Nous avons besoin d’un nouveau document pour permettre à l’Île-de-France de bâtir son avenir. Le Conseil régional, a assumé, avec responsabilité, les compétences qui sont désormais les siennes, en engageant la révision du SDRIF, en concertation permanente avec l'Etat.

Le gouvernement, doit prendre, lui aussi, toutes ses responsabilités pour le développement durable et partagé de notre région

Commenter cet article