Solidarité nationale en Seine-Saint-Denis

Publié le par Serge MERY

Depuis ces six dernières années notamment, nombreux sont les habitants de notre département qui souffrent de difficultés de plus en plus insupportables.

La crise frappe plus fort les plus modestes.

C’est notamment pour ces raisons que le conseil général dirigé par la gauche, améliore les dispositifs de solidarité départementale en ayant pour principal objectif l’insertion.

Le Revenu de Solidarité Active (RSA) est emblématique de l’action du département. Il y consacre 323 millions d’€ dans une action qui touche plus de 10% de la population de Seine-Saint-Denis. Ce rôle est des plus importants pour nos familles, pour nos jeunes, pour l’insertion et la lutte pour l’emploi.

Le RSA, on le sait remplace le Revenu Minimum d’insertion et l’Allocation aux Parents Isolés. Il complète aussi un petit salaire et oblige à des actions d’insertion qui sont coordonnées par le conseil général.

C’est vraiment regrettable que l’Etat ne remplisse pas ses engagements sur cette question. En fait, le gouvernement s’est débarrassé de cette réelle avancée sociale en faisant porter pratiquement tout l’effort sur les collectivités territoriales. Il doit par exemple 153 millions d’€ à notre département pour la seule année 2010 et près de 700 millions d’€ depuis 6 ans.

C’est scandaleux pour un département qui subit plus durement que d’autres la folie de l’économie mondiale comme le dénonce Claude Bartolone, le président du conseil général.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article