Quitter le parti socialiste serait une obligation

Publié le par Serge MERY

Après avoir milité plus de quarante ans au PS, y avoir été secrétaire de section, responsable fédéral pendant plus de vingt ans, premier secrétaire fédéral pendant cinq ans, membre du conseil national, j’ai décidé le 02 décembre 2009 de quitter ce parti. Cette décision est probablement une des plus difficiles qu’il m’ait été donné de prendre mais l’état d’esprit qui règne aujourd’hui dans cette organisation la rend incontournable si aucune évolution n’intervient rapidement.
Je ne peux cautionner les pratiques indécentes de certains de nos dirigeants, les luttes fratricides, les éloges des incompétences, les choix tactiques douteux, le viol de nos règles et statuts. Un parti démocratique ne peut se satisfaire de telles méthodes de fonctionnement qui ont vu fuir tellement de nos camarades de lutte ces dernières années.
Je ne peux pas me ranger dans le rôle du professionnel dépassionné, et parce que je suis fier du travail que j’ai accompli comme militant et comme élu, je préfère me dissocier de ce parti qui est devenu étranger dans sa pratique quotidienne aux idéaux qui ont fait le parti socialiste et qui demeurent les miens.
Devant les méfaits d’une droite agressive sur tous les fronts (droit du travail, services publics, retraites, jeunesse, protection sociale, justice, fiscalité, collectivités….) ce qui compte pour moi, c’est le respect des citoyens que j’ai choisi de servir et que je veux continuer à servir avec dignité.

Commenter cet article

ugg bottes 14/10/2010 10:53



"Nous devons avoir les interrompit parce que nous sommes venus,bottes ugg nous avons vu la porte ouverte et quelques boîtes encore dans
le couloir." Une porte-parole pour les bottes neige a déclaré que le nickers knicker - surnommé «le gang G-string» - frappé à 15:00 le
samedi alors que le magasin était fermé.



mery 29/09/2010 19:50



Bonjour Tonton ça chauffe.................



CHAZALY Claude 21/12/2009 10:48


Je suis catastrophé par cette nouvelle preuve de la bétise de certains dirigeants socialistes. Bien que ne votant pas dans votre département, le parti socialiste se passera de ma voix en Seine et
Marne, pour la première fois depuis 40 ans. Comment en effet cesser de faire confiance à une personne qui a plus que démontré son efficacité et son dévouement. Vous avez apporté à plusieurs
reprises une aide très utile à mon association (ACPPDL - RN34), et je vous en remercie encore.


fuminator 18/12/2009 17:47


Hormis vos querelles de clocher, je vous rappelle que tout l'argent dépensé dans les transports publics franciliens n'a pas fait decoller la fréquentation ce ceux-ci.
Elle n'est que de 1,5%, chiffre tout à fait ridicule.

D'autre part, votre obstination à vouloir réinstaller des tramways n'est pas une bonne stratégie, car ils ne sont pas assez rapides.

Je vous rappelle que le tramway, après la seconde guerre mondiale, a été détronné par les cars et la voitures pour cette raison entre autres.


Alain Ramos 17/12/2009 17:15


Cher Serge,

La situation qui est la tienne aujourd'hui, s'inscrit dans la continuité de ce qu'est devenu le PS. Il est redevenu la SFIO, chaque baron fait sa loi dans son secteur.Le PS est devenu une
organisation au service d'un clan,qui pendant des décennies a transformé notre pays pour l'adapter à la mondialisation financiére, une organisation ou l'on peut devenir Première Sécretaire en
disant non a une alliance avec le ModeM et être en même temps maire de Lille avec une municipalité comprenant des adjointsModem. Il n'y a plus de valeur de gauche dans ce parti.
La démocratie brandie comme un étendart, mais lorsqu'une section vote à prés de 85% pour une primaire à gauche, ceux qui ont eu l'outrecuidance de faire ce choix sont exclus pour avoir respecté le
vote des militants.Il ne fallait pas contrarier Le PCF si nécessaire pour faire élire quelques notables socialistes président d'un conseil Général. Dans ce cadre la prochaine victime du non respect
d'un vote militant risque d'être notre ami Goldberg.
Nous avons trop longtemps accepté de valoriser des positions qui n'étaient que des écrans de fumée pour servir quelques ambitions personnelles.

Pour ma part je ne regrette pas d'avoir fait le choix de respecter le vote de mes camarades ce qui me permet de mettre en oeuvre la ou je suis mes idéaux de gauche.