Le Taser : un danger pour les citoyens

Publié le par Serge MERY

taser.jpgDans la nuit du 29 novembre, un homme est mort après avoir reçu deux décharges de Taser à Colombes (Hauts-de-Seine). Si un lien direct entre le tir et la mort de cette personne de 38 ans n’est pas complètement établi, il s'agit pourtant du premier décès attribué à cette arme en France. Présentée comme une alternative aux armes à feu, cette arme dite "non létale" est considérée comme un moyen peu onéreux d'accroître l'efficacité des forces de police sans augmenter les effectifs, comme l'avait expliqué Nicolas Sarkozy en juin devant des gendarmes  Mais depuis son introduction dans les rangs de la police nationale, puis de la police municipale, le Taser X26 est au cœur d'un très vif débat. Objet de la polémique : le degré réel de dangerosité de cette arme et les abus qui accompagneraient son utilisation
Selon un rapport d'Amnesty International, 400 personnes sont mortes aux Etats-Unis depuis 2001 après un tir de Taser. Dans au moins cinquante cas, la décharge électrique est considérée comme la "cause directe ou aggravante des décès", selon les conclusions des médecins légistes Ces chiffres sont contestés par Taser France
"Le problème, c'est qu'aucune étude indépendante n'a été réalisée sur le sujet. Il est en outre très difficile de savoir si le Taser est la cause unique d'un décès. Une pathologie cardiaque  associées à la décharge électrique, peuvent entraîner la mort. La question est : peut-on demander le carnet de santé d'une personne avant de lui tirer dessus ?"En 2007, la mort au Canada d'un voyageur avait fait grand bruit de part et d'autre de l'Atlantique. Une enquête officielle canadienne a finalement conclu en juin dernier que l'utilisation du pistolet avait "contribué" au décès,
Taser International a même modifié la définition de son arme il y a deux ans : présentée jusqu'ici comme une arme non mortelle, elle est devenue une arme moins mortelle. Le glissement sémantique n'est pas anodin. Pourtant, signe de la confusion qui règne autour de cette question, Taser France, persiste à le présenter comme un "pistolet non mortel, facteur de paix civile". "C'est l'arme anti-bavure par excellence", claironne le distributeur. Les exemples de bavures et d'utilisations abusives de Taser ne manquent pourtant pas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article