J’ai besoin de vous !

Publié le par Serge MERY

Photo-002.jpgL’enjeu des élections cantonales de mars 2011 est très important.

Il s’agira de dire, en votant massivement :

Non à l’élection d’un conseiller général représentant de Nicolas Sarkozy sur Epinay

Non à la politique de ce gouvernement qui n’écoute pas le peuple de France

Non à l’étranglement des collectivités territoriales qui pourtant servent chaque jour l’intérêt des populations.

Non à l’évolution de notre ville avec son concert de difficultés quotidiennes.

Non au laisser faire sur le démantèlement des services de proximité

Une campagne électorale coûte cher. Devant l’avalanche de communication de mon adversaire de droite, qui utilise sans retenue les finances communales pour financer ses nombreuses éditions, j’ai besoin de vous.

Selon l’article 200 du Code général des impôts et l’article L. 52-8 du Code électoral, le don à un candidat donne droit à réduction des impôts à hauteur de 66%. Ainsi, par exemple, un don de 30 € vous sera remboursé sous forme de diminution de vos impôts à hauteur de 20€. Pour cela, après encaissement de votre chèque à l’ordre de « AFCE Serge Méry », notre trésorière vous adressera un reçu émis par la Commission Nationale de Contrôle des comptes de campagne électorale. Les dons sont anonymes.

En m’aidant dans cette campagne, vous permettrez au canton d’Epinay de rester à gauche et de continuer à travailler en symbiose totale avec le Conseil général et le Conseil régional qui sont deux collectivités de gauche.

En m’aidant, vous participerez à la réélection d’un conseiller général qui se consacre totalement à son mandat, contrairement à mon concurrent qui détient déjà deux autres mandats importants.

En m’aidant, vous direz oui à un bilan exceptionnel, résultat d’une action totalement tournée vers le service à nos concitoyens (résidentialisations de logements, tramway, transports des handicapés, carte Imagine’R, nouveau train SNCF, informatisation des collèges et lycées, parcs et berges de Seine, vie des quartiers, culture….etc.).

En m’aidant, vous assurerez un engagement déterminé pour la défense et l’essor des services publics locaux (santé ; école ; emploi…)

Je vous remercie sincèrement de contribuer à cette bataille électorale et je sais qu’ensemble, nous allons gagner encore une fois.

 

Adresse : AFCE Serge Méry   5 rue des Acacias     93800 Epinay-sur-Seine

Commenter cet article

GALLOIS Laurent 11/12/2010 18:54



Je tiens à apporter mon soutien à Serge MERY. Je constate que le premier commentaire parle de l’insécurité et de l’état de propreté des RER et
autres. Je vois qu’il est fait référence à un article du Parisien sur la situation de la délinquance dans le RER et notamment dans le cas présent la ligne B du RER.  Je suis le représentant syndical qui dénonce dans ce journal cette situation et je peux dire avec sincérité mon incompréhension au départ de Monsieur MERY en
tant que vice président de la région en charge des transports. En effet,  j’ai à plusieurs reprises dans le cadre des mes fonctions syndicales, eu
l’occasion de travailler avec lui, je retiens de l’homme une réelle volonté d’aller sur le terrain, au plus près du quotidien des usagers,  afin d’apporter des solutions, mais force est
de constater que l'on ne l'a pas laissé continuer dans cette optique !! Ce témoignage n'est que mon ressenti après avoir croisé la route de Monsieur MERY.



bruno 27/11/2010 16:24



Pourquoi il n'y pas d'agent de sécurité systématiquement dans les gares difficiles de cette ligne ???


Où vont les impôts des Franciliens ? Rames dégueulasses, violences sur les passagers, retards, rackets, individus agressifs envers les touristes, etc


Pourquoi la RATP et la SNCF ne nettoient pas QUOTIDIENNEMENT les RER ?


Honnêtement, prenez vous le RER ?


Belle image qu'on donne de la région IDF aux touristes. Mieux que les campagnes de la Région IDF aux frais du contribuable pour leur cacher la réalité... qui n'est pas du tout
idyllique.


http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/pas-un-jour-sans-agression-dans-le-rer-b-27-11-2010-1167771.php 


"Pas un jour sans agression sur la partie nord du RER B. C’est le constat inquiétant de l’Unsa-Transports par la voix de son représentant, Laurent Gallois. « Depuis un
mois, les conducteurs nous informent d’attaques de plus en plus violentes », explique ce délégué syndical, machiniste depuis treize ans sur cette ligne cogérée pour moitié par la RATP, pour
l’autre par la SNCF.




Beaucoup de victimes seraient des touristes, en route pour l’aéroport de Roissy. Parmi les témoignages les plus choquants, il cite le cas d’une voyageuse rouée de coups de pied et de poing par
cinq personnes le 13 novembre, qui lui ont volé son sac. C’était avant l’arrêt en gare de Villepinte, à 7 h 30. La victime était en état de choc.
Les machinistes parlent d’agressions survenues parfois à huis clos. Des jeunes gens équipés de clés ferment les portes à soufflet entre les voitures. Une manière d’isoler la victime pour lui
voler ses affaires sans être inquiétés. Selon l’Unsa-Transports, ces attaques se déroulent surtout entre les gares de Sevran-Beaudottes et Villepinte -Parc-des-Expositions.

Des opérations de sécurisation dans les gares
Aucun chiffre n’est officiellement communiqué. Ni par la SNCF ni par la préfecture de police, qui ne veut pas faire de distinction par ligne de transports. Les statistiques ne seraient de toute
façon pas des plus probantes, vu que les victimes, à moins de s’être fait voler tous leurs papiers, ne déposent pas systématiquement plainte. Surtout lorsqu’il s’agit de touristes qui ont un
avion à prendre.
Cette ligne, qui traverse l’Ile-de-France du nord au sud sur 80 km, est empruntée au nord par 300000 voyageurs quotidiens. 528 y trains circulent chaque jour. « La
situation est préoccupante, mais pas nouvelle », nuance-t-on à la direction de la SNCF, rappelant que les directs Paris-Roissy avaient justement été mis en service il y a plus de dix ans
pour la sécurisation des voyageurs. A l’Unsa, qui dénonce un « manque de réactivité de la SNCF lors de ces agressions », celle-ci rétorque qu’elle « ne reste pas sans rien
faire ». « La Suge (NDLR : les agents de sécurité de la SNCF) contrôle 700 à 800 trains par mois, il y a 300 agents pour toutes les lignes au départ de gare
du Nord », poursuit la direction.
« Mais on ne peut pas laisser les gens se faire agresser comme ça! Il faut mettre en place un dispositif plus important, avec des forces de l’ordre et du personnel en plus », persiste
le représentant syndical de l’Unsa.
A Sevran, 4 adolescents ont été arrêtés mi-novembre après le vol violent du sac à main d’une jeune femme le 11 novembre, sur l’autre branche de la ligne B, en gare de Sevran-Livry.
Un complice voulait acheter une console de jeux avec le chéquier volé et la carte d’identité de la victime… Quinze autres vols aggravés par des faits de violence en réunion leur ont été imputés.
« Il y a plusieurs difficultés dans ces affaires, explique un policier. L’extrême mobilité des délinquants, la difficile identification par les victimes, souvent traumatisées, et le système
de vidéo de certaines gares, peu performant. » Des opérations de sécurisation des gares devaient avoir lieu hier et ce soir dans le secteur."