L'échec de Ségolène va coûter cher au peuple Français

Publié le par Etienne Mercier

Je suis de celles et ceux qui pensent depuis fort longtemps que Ségolène Royal n'était pas apte à  gagner l'élection présidentielle.
Sa ligne politique n'avait pas d'espace pour exister et mobiliser les Français. Nous avons gagné les cantonales, les régionales et les élections européennes sur des engagements clairement à Gauche. Il faut bien dire que ce n'était pas le cas du « pacte présidentiel » qui sur bien des points restait d'une grande timidité.
Depuis janvier tous les sondages (IPSOS ; IFOP ; SOFRES ; CSA) assombrissaient le paysage. Elle a perdu 8 points en 3 mois et demi. Son résultat du 22 avril (près de 26 %) n'était donc pas surprenant. En fait, le peuple de Gauche avait un tel appétit de victoire qu?une partie de celui-ci a voté pour Ségolène dès le premier tour, par raison. Ses 25,80% ont asséché les autres formations de Gauche qui obtiennent 10,57% à comparer aux 19,06% de 2002. Ces 8,49% empruntés à la Gauche dès le premier tour nous ont permis de devancer Bayrou mais « ce vote utile » nous condamnait pour le 6 mai.
Pourquoi cet échec grave alors que "la victoire ne devait pas échapper à la Gauche" après 5 ans de gestion calamiteuse par la Droite ?
Il y a probablement nombre de causes et le comportement à éclipses de notre candidate a pesé car les Français avaient l'impression de ne pas savoir où on les menait.
Il y a aussi des causes programmatiques avec des propositions qui ne tranchaient pas toujours avec celles d'autres candidats d'où les facilités pour des électeurs socialistes de passer directement chez Bayrou jugé souvent plus capable de battre l'épouvantail Sarkozy au deuxième tour.
Le financement du Contrat Première Chance n'était pas établi avec des régions qui commencent sérieusement à manquer de ressources. L'avenir des jeunes n'était guère assuré.
En ce qui concerne l'intégration, la question des discriminations était assez floue et le « coup » du drapeau français a fait frémir nombre de socialistes convaincus qui voyaient là un penchant nationaliste bien loin des enseignements de Jean Jaurès.
Les brigades des mineurs et les centres renforcés encadrés par des militaires étaient suspects et critiqués même par les militaires.
La régionalisation utilisée comme réponse à la délicate question de la réduction des services et donc des effectifs de l'Etat ne pouvait séduire une grande majorité de notre électorat traditionnel. Les intentions en matière fiscale comme en matière de péréquation n'étaient d'ailleurs pas expliquées.
La démocratie participative apparaissait un peu comme une tarte à la crème d'abord parce qu'elle n'était guère définie comme une obligation et qu'elle aurait été traduite au gré des collectivités. Mais Ségolène est apparue aussi vraiment incertaine dans son débat télévisé contre Sarkozy, en promulguant ce recours permanent au dialogue avec des échantillons de français qui lui servaient à cacher un manque d'avis personnel sur des questions essentielles.
Ce duel médiatique a montré des qualités certaines de notre candidate et notamment sa pugnacité, sa force, sa volonté et des valeurs de gauche sur nombre de questions. Mais elle n'a que trop rarement déstabilisé son adversaire, ne répondant pas aux attaques insupportables sur François Hollande ou ne poussant pas son avantage quand le candidat de droite était gêné. L'aumône des 3 minutes dépassées pouvait dès lors apparaître comme la dernière claque à l'élève.
Cela faisait déjà pas mal de dégâts potentiels.
Mais en plus, Ségolène ne s'obligeait pas à répondre sur certains sujets délicats.
Les gènes responsables de la pédophilie et des suicides devront attendre du 26 mars au 06 avril pour émouvoir notre candidate et elle a attendu le 11 avril (16 jours) pour dénoncer réellement le danger Sarkozy !
Interrogée sur les attentats en Corse, elle déclare « ne pas vouloir polémiquer avec la Droite sur ce sujet » et « ne pas vouloir parler de ce qui ne va pas ».
Interrogée sur le terrorisme en Irak, elle écarte la question par une pirouette « Poseriez-vous la même question à un homme ? » Et puis, rien. Surréaliste !
Interrogée sur les baisses d?impôt, elle répond « On verra. Mon gouvernement règlera ces problèmes ».
Sur Cesaré Battisti, elle dit qu' « elle n'a aucun commentaire à faire » et que cette affaire « ne regarde que l'Italie et le Brésil ».
Tout cela cumulé et j'en ai oublié pas mal, cela faisait trop de non-réponses face aux attentes et aux inquiétudes réeles des Français !
Je suis en colère contre celles et ceux qui nous ont imposé cette candidature tant je reste persuadé qu'un Fabius, un Strauss Kahn ou même un Hollande aurait fait mieux et nous aurait offert cette victoire attendue, cette victoire nécessaire.
Il reste à encaisser cette nouvelle défaite et en analyser les causes. La Gauche est certainement à repenser et l'aventure Ségolène peut d'ailleurs en être un des éléments, mais sûrement pas l'élément central.
Il y a danger et donc il y a urgence et l'on ne peut se permettre de repousser une recomposition d'une Gauche qui aujourd'hui est vitale. Il faut réagir dès cette semaine et ne pas céder aux contraintes externes comme nous l?avons fait après le séisme de 2002. La Gauche, fière de son « chiffon rouge de la liberté » pèse plus de 36,40 % dans ce pays.

Commenter cet article

Un Spinacien 13/05/2007 18:02

Pour Jean Claude:
  Chaque nouveau ou nouvelle adhérent(e) a eu droit un petit discourt sur le "pas très fréquentable Serge Méry"…avec en plus une « information » très bien

jean-claude 11/05/2007 13:34

Bien entendu mes camarades qu'il faudra faire le bilan de cet échec, et tout le monde devra faire son auto-critique.
Mais avouez qu'il y a de l'indécence à se précipiter avec une telle agrssivité au lendemain de la défaite.Et d'ailleurs je note que des camarades "amis" de serge méry, ,je pense notamment à claude bartolone, se sont eux montré bien plus responsables dans leurs déclarations ;
Je croyais aussi que l'on avait voté pour choisir Ségolène;  serge méry a une bien étrange conception de la démocratie puisqu'il se plaint qu'on lui ait "imposé" cette candidature.Ce comportement s'inscrit définitivement dans tout ce que rejète aujourd'hui nos électeurs: taper et taper sans cesse sur son propre camp, ce qui a d'ailleurs été fait sur ségolène pendant toute la campagne.
 
 

JEAN LOUIS 11/05/2007 00:30

 bercail c’est à dire à droite.
 

 

JEAN-PIERRE MALJEAN 10/05/2007 00:03

Ecoutes camarade Serge, es-tu encore ce camarade qui il ya quelques années n'aurait pas accepté que l'on crache dans la soupe,Ségolène a fait contre vents et marées un score plus qu'honorable sans toi et sans les persifleurs et les traîtres de tout acabit. Elle a fait plus de 60 % dans ta commune  là où tu n'as fait qu'un peu plus de 50 %. Aies un peu de dignité, sinon rejoins Besson et consorts§ Le combat on le fera sans toi. Excuses la dureté de mes propos mais tous ceux qui se sont battus pour faire gagner la candidate de la gauche et de notre parti ne méritaient pas ton communiqué. Salut.

grison jean-michel 09/05/2007 21:14

concernant la candidature de Ségolène Royal à la présidence de la République , je voudrais rappeler que 60% des camarades socialistes ont voté pour elle au premier tour des primaires de notre parti . d\\\\\\\\\\\\\\\'après toi , 60% de socialistes seraient des imbéciles ! dont acte !
ceci dit , si , dès son élection pour nous représenter , des gens comme BESSON ( félon ) , FABIUS , STRAUSS - KAHN , JOSPIN , AUBRY , MELENCHON , MONTEBOURG , ALLEGRE etc... s\\\\\\\\\\\\\\\'étaient davantage manifestés et investis au mieux pour la conseiller utilement et avec conviction , nous n\\\\\\\\\\\\\\\'en serions peut-être pas là ; et ne parlons pas de TAPIE , HANIN ou MACIAS ; belle brochette !! voilà où se trouve la véritable cause de la défaite de Ségolène et moi , je vous dit que son score est plus qu\\\\\\\\\\\\\\\'honorable étant donné toutes ces peaux de bananes.
Ségolène , je continuerai à la soutenir avec mes petits moyens car elle le mérite et continuez  dans cette voie et vous perdrez également les législatives car nos amis socialistes ne vous pardonneront pas vos dérives
 Jean-Michel GRISON , sect Neuilly-sur-Marne