JEUNES : Sarkozy parle, la Région Ile-de-France agit

Publié le par Serge MERY

Le « plan  jeunes » de Nicolas Sarkozy, annoncé aujourd’hui à grand renfort de communication, ressemble à un miroir aux alouettes qui risque d’accroître la précarité de l’emploi des jeunes, premières victimes de la crise.

Les Régions n’ont pas attendu le discours présidentiel pour agir dans ce domaine au cœur de leurs compétences, et obtenir des résultats. Le Conseil régional d’Ile-de-France, présidé par Jean-Paul Huchon, consacre près de 1,5 milliard d’euros par an à l’orientation, la formation, l’insertion, la qualité de vie des jeunes : le triple du plan présidentiel.

Avec la mesure « phare » du plan présidentiel, l’extension du RSA aux travailleurs de 18-25 ans, on est très loin de l’allocation autonomie proposée par les Régions à la commission Hirsch. Elle peut certes apparaître comme une mesure de justice qui répare partiellement une faille du RSA, mais elle ne constitue en rien une réponse à la situation des jeunes en difficulté d'insertion.

Pour en bénéficier, il faudra avoir travaillé deux ans au cours des trois dernières années : une condition impossible à remplir pour la grande majorité des jeunes. Aucun dispositif n’est prévu pour les jeunes sans ressources, les étudiants et les chômeurs. Plutôt que de subventionner l’emploi précaire des 18-25 ans, il faudrait permettre aux jeunes sans ressources de disposer d’une allocation autonomie pour se former et s’insérer.

Le Chef de l’Etat annonce une relance des CIVIS. Encore faudrait-il la financer ! Aujourd’hui les missions locales ne peuvent plus financer les bourses des jeunes en CIVIS. L’enveloppe qui leur est attribuée par l’Etat ne leur permet que de verser 300 euros sur les 900 euros prévus.

Les autres mesures annoncées reprennent des politiques menées de longue date dans les Régions, et en premier lieu en Ile-de-France. Que ce soit pour orienter les jeunes, les aider à se loger, lutter contre le décrochage ou développer l’apprentissage : pendant que le Président parle, la Région agit, le plus souvent pour se substituer à un Etat défaillant.

Le Président veut des plates-formes régionales de l’orientation : la Région Ile-de-France est précisément engagée dans la mise en place d’un service public régional de l’orientation. Elle multiplie les outils d’information destinés aux jeunes : sites Internet www.lesmetiers.net (140.000 visiteurs par mois), et www.iledefrance.fr/jeunes , répertoires de formation disponibles gratuitement,  clés USB remises chaque année à tous les lycéens, apprentis et étudiants des filières sanitaires et sociales… Le programme Orient’action aide les établissements du secondaire à monter des projets d’orientation pour leurs élèves.

Nicolas Sarkozy ne veut laisser aucun jeune de 16 à 18 ans sans formation. La Région Ile-de-France rappelle qu’elle a fait de la lutte contre le décrochage scolaire une priorité de son action depuis 1998. Elle consacre plus de 90 millions à l’insertion professionnelle des jeunes cette année. C’est une priorité régionale.

Dans les lycées, le plan Réussite pour tous en place depuis 1998 vise à prévenir le décrochage scolaire. Il a bénéficié à 4.000 élèves en 2008-2009.

Quand le décrochage survient, la Région est là pour offrir une nouvelle chance aux jeunes sans qualification. Le plan Avenir jeunes bénéficie à 20.000 jeunes en 2009, pour un budget de 56 millions d’euros. Ce dispositif d’accompagnement personnalisé mis en place avec les missions locales aide les jeunes à se remettre à niveau, construire un projet professionnel et trouver un emploi. Les résultats sont là : près de 80% des jeunes accueillis dans les Espaces dynamiques insertion ont vu leur situation s’améliorer, la moitié d’entre eux ayant décroché un emploi ou une formation.  

La Région finance les écoles de la deuxième chance, dont la capacité doit être doublée d’ici 2011, pour passer à 2.430 jeunes sur 20 sites. La Région couvre 30% du fonctionnement des E2C, et prend en charge la rémunération des stagiaires, alors que la participation de l’Etat est inférieure à 5%.

L’Ile-de-France n’a pas plus attendu le chef de l’Etat pour développer l’apprentissage, atout-maître pour trouver un emploi. Malgré la crise, près de 90.000 jeunes ont fait leur rentrée dans les 178 CFA d’Ile-de-France pour l’année 2009-2010, soit une augmentation de 50% en 10 ans.

La Région propose des passerelles pour accompagner les jeunes les plus éloignés de l’emploi vers la signature d’un contrat d’apprentissage. Ce dispositif de remise à niveau a accueilli 11.500 jeunes en 2008, avec une réussite dans 80% des cas.

Le Président veut un « Erasmus des apprentis ».  La Région Ile-de-France l’a mis en place en 2008. Ce programme baptisé Eurostart permettra en 2009 et 2010 à plus de 400 apprentis franciliens de partir dix mois en formation à l’étranger, dont six mois de stage dans des entreprises européennes.

La Région encourage enfin l’apprentissage dans le secteur public et associatif. Depuis 2008, elle accorde une aide complémentaire de 2.000 euros à chaque employeur, qui a permis l’embauche de plus de 5.000 apprentis
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article