Sécurité : la preuve de l’échec

Publié le par Serge MERY

Lorsque j’écrivais au mois d’avril 2009 que la politique sécuritaire menée par Nicolas Sarkozy depuis plusieurs années était inefficace et dangereuse pour notre démocratie, je ne pensais pas être rejoint par l’actuel ministre de l’Intérieur.

Si je dénonçais le manque cruel de policiers, l’augmentation préoccupante des atteintes aux personnes (+ 22%), des braquages de commerces (+ 29%), des vols à main armée (+17%), c’est tout simplement qu’avec mon expérience d’élu de terrain, je savais qu’on ne pouvait résoudre l’explosion de la délinquance, voire de la criminalité, avec moins de policiers.

Je savais aussi pour y avoir travaillé pendant nombre d’années avec Gilbert Bonnemaison que la solution n’est pas de se servir de la délinquance à des fins électoralistes, mais qu’il faut la traiter. C’est surement plus difficile mais c’est plus efficace. Les slogans n’arrêtent pas les délinquants et s’ils peuvent faire illusion quelque temps auprès de personnes crédules, le mirage est vite rejoint par la réalité. Quand Brice Hortefeux réclame un coup de collier à la police, cela sonne bien comme une remise en cause de la politique menée depuis plusieurs années.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article