Le mépris de Valérie Pecresse et Xavier Darcos

Publié le par Serge MERY

Le rejet des réformes universitaires ne date pas d’hier. En fait, depuis septembre 2008, les universitaires se sont mobilisés à travers des centaines d’actions non médiatisées ( motions, pétitions, protestations syndicales, etc…) sans que les ministres ne daignent bouger. C’est pour cela que la crise vient aussi d’un fort rejet de la façon dont on gouverne ce pays, sans respecter les citoyens.

Cette révulsion de la réforme, partagée par toutes les composantes de la vie universitaire, et par de très nombreuses personnalités prestigieuses, des Nobel,  vient du fait que si elle s’applique, elle créera une énorme armée de vacataires porteurs de contrats précaires dans l’éducation nationale. Ce qui fait peur, c’est l’expérience de cette logique bureaucratique qui a vu par exemple baisser le nombre de postes ouverts au CNRS de 406 à 300 en deux ans.

Mais le rejet vient aussi du fait que l’on vit une crise morale et politique dans ce pays et le comportement inflexible et hautain des ministres n’est pas fait pour calmer les esprits.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fuminator 20/04/2009 15:31

Le comportement hautains de certains politiques ne date pas d'hier, qu'ils soient de droite, comme de gauche !!!
Pour ce qui concerne la réforme sur les universités, je suis tout à fait d'accord, sur le principe que les directeurs d'université doivent être élus par le collège des professeurs.
Mais par contre, la Société civile, doit être mieux représentée au sein des conseils d'administration, pour en finire avec le mandarinat !!!