La déferlante est bien là !

Publié le par Serge MERY

france-mun-08.jpeg Il y a un mois j’écrivais que l’on pouvait s’attendre à une véritable vague rose aux élections municipales et cantonales. 
Et bien, la vague est bien au rendez-vous, et forte, très forte.
La gauche gagne quarante villes de plus de 30 000 habitants dont Strasbourg et Toulouse ainsi que des bastions historiques de la droite. Elle va diriger 9 départements supplémentaires. Et en Seine Saint Denis, nous gagnons Aulnay sous Bois, Noisy le Sec et Villepinte. C’est du jamais vu !
Dans notre département, les électrices et les électeurs ont par ailleurs placé les socialistes largement en tête de la gauche au conseil général mais aussi à Aubervilliers et Pierrefitte sur Seine.
En Ile de France, là aussi, nous gagnons de nombreuses communes mais aussi des sièges de conseillers généraux et nous prenons la présidence du Val d’Oise. Ce qui fait que la gauche va gouverner demain 6 des 8 départements de la région.
La droite est en échec. Sa défaite est extrêmement lourde. Et dans toutes les villes où je suis passé pendant cette campagne électorale, j’ai entendu le mécontentement, la critique vigoureuse de la politique menée au niveau national par le gouvernement. La question du pouvoir d’achat a joué un rôle prépondérant, primordial dans ce résultat. Le Président de la République se doit d’entendre ce message des urnes et en tenir compte au niveau de réformes injustes qui ont été rejetées par les Françaises et les Français.
Nous serons utiles à nos concitoyens dans tous les domaines de la vie quotidienne. Nous travaillerons pour le logement, les transports, la petite enfance, les personnes âgées… Mais nous aurons aussi la responsabilité de faire entendre la voix forte de l’opposition nationale sur tous les débats qui portent l’avenir de notre pays.
Dans ce contexte, le résultat de la gauche à Epinay sur Seine est encore plus inexcusable. Il y a 7 ans, nous avons perdu l’élection municipale. C’était une défaite. Cette année, c’est une humiliation.
Je me suis volontairement retiré de la compétition en juin dernier pour éviter la désunion et permettre le rassemblement. Cela n’a pas suffit. Aujourd’hui, j’en appelle à toutes les femmes et tous les hommes de gauche à Epinay. Il nous appartient de tirer les conséquences de nos erreurs commises alors qu’elles étaient annoncées, si nous voulons être en mesure de préparer un autre avenir pour cette ville. L’étude des résultats du 9 mars me conduit à penser que la victoire était possible, vraiment. Elle le demeure pour demain si nous le voulons.

Commenter cet article

fulminator 16/04/2008 19:09

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois !